Today in the city Brandon 21.10.2020

Williams : une page de la F1 est tournée

PARIS – En se vendant à un fonds privé américain, l'écurie de Formule 1 Williams tourne la page de son passé lié à l'histoire des « garagistes » et à la rivalité qui les a longtemps opposé aux grandes marques et constructeurs qui dominent aujourd'hui la discipline.
Surtout Britanniques, ces « garagistes » – l'épithète que leur donnait peu aimablement Enzo Ferrari – ont fait les grandes heures de la F1 pendant plus de quarante ans à compter du début des années 1960. Parmi eux, des grands noms comme Lotus et Tyrrell ont disparu malgré leur riche palmarès.
« C'est peut-être la fin d'une ère pour Williams en tant qu'écurie familiale, mais elle est désormais entre de bonnes mains », a assuré vendredi Claire Williams, la fille du fondateur Frank Williams, aujourd'hui âgé de 78 ans.
La situation de l'écurie qu'il a fondée en 1977 était devenue trop critique pour lui permettre de survivre davantage dans le milieu ultra-compétitif et demandant d'énormes moyens financiers de la F1.
Avec des budgets annuels approchant les 500 millions d'euros, les Mercedes, Ferrari et autre Red Bull ôtent tout espoir à d'autres comme Williams de pouvoir encore rivaliser en gardant leur structure actuelle.
Ironiquement, c'est au moment où la F1 engage une réforme en profondeur pour permettre aux « petites » écuries de redevenir compétitives que Williams se voit obligée de se tourner vers un partenaire financier pour assurer son avenir.
Trois ans sans podium
La réduction des budgets de fonctionnement des écuries va entrer en vigueur en 2021 avec un premier plafond à 145 millions de dollars qui sera ensuite progressivement abaissé à 135 millions. Les « Accords Concorde », entérinés par les dix écuries du plateau mercredi, vont eux davantage favoriser les écuries de second plan dans la répartition des revenus du sport.
Sept fois championne du monde des pilotes, avec notamment Nelson Piquet, Alain Prost, Jacques Villeneuve, et 9 fois championne du monde des constructeurs entre 1980 et 1997, Williams n'est plus montée sur un podium depuis trois ans et ses monoplaces sont des habituées aux dernières places.
La chasse aux commanditaires était devenue chaque année un exercice périlleux et la pandémie de coronavirus avec la baisse des revenus publicitaires qu'elle a entrainée a mis l'écurie de Sir Frank au bord du gouffre.
L'argent du milliardaire irano-canadien Michael Latifi, père de Nicolas Latifi, l'un des pilotes Williams cette année – avec le Britannique George Russell –, ne suffisait pas pour financer les investissements nécessaires à concevoir une F1 capable de ramener Williams vers le milieu du plateau.
Identité conservée
En rejoignant le portefeuille de Dorilton Capital, Williams va augmenter ses ressources mais perdre une partie de son autonomie, même si Claire Williams a assuré que l'écurie « garderait son identité » et son usine de Grove, à une centaine de kilomètres au nord de Londres.
Si Lotus et Tyrrell n'ont pas connu le 21e siècle, ou à peine, d'autres noms de « garagistes » survivent encore aujourd'hui, comme McLaren. Mais cette écurie, dont la création remonte à 1963, a cessé d'en être un dans les années 1980 sous l'impulsion de son propriétaire d'alors, Ron Dennis.
Aujourd'hui contrôlée par l'Américain Zak Brown, elle a, elle aussi, été contrainte en début d'été ouvrir son capital à de nouveaux investisseurs pour éviter la faillite.
Comme l'illustre actuellement le litige autour des pièces qui auraient été copiées par l'écurie Racing Point du milliardaire canadien Lawrence Stroll sur la Mercedes championne du monde l'an dernier, il devient de plus en plus difficile pour les écuries de taille moyenne de continuer à concevoir et fabriquer leurs propres pièces.
Williams, par exemple, fabrique toujours ses propres boites de vitesse plutôt que d'aller les acheter à un grand constructeur, comme Mercedes.
Une obstination qui coûte cher et que Dorilton Capital pourrait bien reconsidérer pour réduire les coûts de fonctionnement de sa nouvelle acquisition.

the source: http://www.rds.ca/courses/formule-1/f1-avec-la-vente-de-williams-une-page-se-tourne-1.7712586?localLinksEnabled=false

See also

Throne speech’s usual grandiose ceremony to be paired down amid coronavirus 
Ahead of throne speech, Canadians see coronavirus pandemic, jobs as top concerns: Ipsos poll
Superman Newton à court devant Wilson
Anthony Davis vole les Nuggets à la sirène
Hall signe la victoire en prolongation à Portland