Today in the city Brandon 21.10.2020

Ton char ou toi : carburer aux saines habitudes de vie

On ne vous apprend rien en vous disant que le carburant qui entre dans notre corps est pas mal plus important que celui qui remplit le réservoir de notre voiture! Ni que le nombre de kilomètres qu’on court et marche, par semaine, a plus d’importance que celui que parcourt notre voiture. 
Notre corps est une machine, certes, mais pas du même type qu’une automobile. Son fonctionnement est beaucoup plus complexe. Cependant, il est aussi performant qu’une Ferrari s’il est bien entretenu. La question est : veut-on être une Ferrari ou une voiture négligée, qui oxyde avant son temps ? Le choix nous appartient.
On carbure à quoi ?
On doute que le propriétaire d’une Ferrari remplisse son réservoir sans sélectionner le bon type d’essence quand il fait le plein. Pourtant, nombre d’entre nous ne portent pas attention au carburant que l’on met dans notre corps. On ingurgite des saveurs et des colorants artificiels, des pesticides et des produits tellement éloignés de notre alimentation naturelle qu’on n’arrive même pas à prononcer leurs noms. À être nourri ainsi, notre corps devient embarrassé, inflammé et, graduellement, on développe des petits bobos. On apprend à vivre avec des inconforts plus ou moins gênants au début : maux de tête, douleurs articulaires, problèmes digestifs… Puis on s’essouffle en montant une volée d’escaliers. Notre sommeil est perturbé et on a de moins en moins d’énergie. On se dit que c’est normal, qu’on vieillit. Lorsque ça devient plus gênant, on avale parfois quelques pilules pour tenter d’enrayer les symptômes. Fatigués, on a tendance à moins bien s’alimenter et à être moins actifs, ce qui affecte notre niveau de bonheur, d’énergie et de concentration. Un matin, on se réveille, on a mal, on a le moral à plat et on a l‘impression que l’énergie de nos 20 ans est loin derrière nous. Or, ça n’a pas à être ainsi.
 
La chaire de recherche en prévention et traitement du cancer de l’UQÀM fait état que les habitudes de vie et l’alimentation sont responsables de 70 % des décès par cancer chaque année. La fondation des maladies du cœur et des AVC mentionne que c’est 80 % des décès prématurés causés par ces maladies qui peuvent être évités en ayant de saines habitudes de vie. Sans compter les maladies chroniques et dégénératives qui, elles aussi, sont affectées par la qualité de notre alimentation et notre niveau d’activité.
 
On peut rajeunir ?
Oui ! Ce n’est pas parce qu’on vieillit qu’on doit avoir de la difficulté à sortir du lit, à attacher nos lacets ou à jouer au soccer avec nos enfants. Ça peut même être tout le contraire. On peut avoir plus d’énergie et de force à 50 ans qu’on en avait à 20 ans. Comment ? En intégrant, progressivement, de meilleures habitudes à notre quotidien. Alors forcément, de mauvaises vont prendre le bord ! Par exemple, si on décide de faire du vélo ou de la musculation 2 soirs par semaine, c’est du temps de moins devant un écran. Si on se fixe comme objectif de manger 3 repas colorés et santé par semaine, notre consommation de viandes et de produits transformés diminue. On prend l’habitude d'avoir une bouteille d’eau aromatisée avec des fruits sur notre table de travail et on a alors moins tendance à aller se chercher une boisson gazeuse. Ces petits changements peuvent avoir un gros impact sur notre santé. Car lorsqu’on commence à se sentir mieux, à retrouver un meilleur sommeil et à avoir plus d’énergie, on en veut encore plus ! C’est ainsi que, sans même s’en rendre compte, on intègre de plus en plus d’activités physiques dans nos semaines et de plus en plus de fruits, de légumes et de protéines végétales dans notre assiette. Nos idées s’éclaircissent, des raideurs que l’on croyait avoir à endurer pour le restant de nos jours disparaissent, la levée du corps devient plus facile et on retrouve le goût de bouger et de prendre soin de soi.
Mangeons et bougeons comme si notre vie en dépendait, parce que c’est le cas
On change de voiture plusieurs fois au cours de notre vie. Cependant, il est impossible de remplacer notre corps par un modèle plus récent. On peut changer certaines pièces, certes, mais je parie qu’on préfère tous garder nos morceaux d’origine en bon état. On peut vieillir bien et profiter longtemps de la vie, rempli d’énergie ! Tout dépend des choix qu’on effectue au quotidien. On ne peut pas s’assurer d’être toujours à 100 % en santé, mais on peut mettre toutes les chances de notre côté et VIVRE au lieu de survivre.
 
Collaboration spéciale de Valérie Fréchette
Références :
https://www.richardbeliveau.org/chaire/volet-prevention/
https://www.coeuretavc.ca/vivez-sainement
https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/saine-alimentation.html
https://www.inspq.qc.ca/saine-alimentation-mode-vie-actif
https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/

the source: http://www.rds.ca/en-forme/l-importance-de-choisir-des-bonnes-habitudes-de-vie-1.7704947?localLinksEnabled=false

See also

Prié de rester, Messi est privé de ses alliés
Des vétérinaires débordés
Adesanya prêt à échanger coup pour coup
D’autres pénuries alimentaires à prévoir
Kulak ou Ouellet comme police d'assurance?